Phrases interdites…


– 1 – Phrases interdites…

Comme par hasard, la pensée s’achemine avant de se prononcer.

Lexie, grâce à sa vision sphéroptique, regarde ses échos phrases s’accompagner de tous leurs rêves intro visibles…

Maxime l’accompagne avec ses mailles de raisons pour converser tactilement avec la froidure de ses gestes et, engager un contact s’enracinant dans quelques développements, à travers les réactions de Lexie.

Celle-ci ; « Brlubelu’breleulug’re’e ! Merci pour la ponctuation ! Tu gâteras de tes effets et suites, une personne plus praticable la prochaine fois ! »

Cette plissure soudaine, laisse entendre auprès de Maxime que l’implantation de ses réflexions lui fait croire qu’elle est tout à fait réussie.

Maxime; « Si nous considérons l’infini dans sa réalité, toute échelle de mesure devient insituable… »

Lexie ; « Tu radotes ! Comme l’autre fois : quand tu me répliquais encore que, dans l’infini, le passé et l’avenir sont coincés dans l’étau du présent, dans lequel tout le monde se préoccupe de la fin sans même présumer de ce qu’il y a avant tout du début ! »

Maxime ; « Mais ! Enfin ! … regardes ; Le mètre mesure, pour toi, est parfaitement limité ! Hors, plus tu progresse dans sa reconnaissance atomique, plus tu te perds à nouveau dans une reconnaissance rapprochée, subatomique, reposant elle aussi de nouveau vers une position insituable dans l’infiniment petit. Et puis, à quelle échelle de l’infiniment grand sommes nous ? À ce stade des fait, même ce mètre finalement réellement insituable, se perd dans des notions qui le rendent lui même infini, non ? »

Lexie ; « Oui, bien sur ! Et alors ? Faut il qu’on se roule par terre de désappointements pour autant ? »

Maxime ; « Le temps est un entrelacement de parcours en boucles, infiniment Grands et Petits, se traversant infiniment et simultanément, telle une empreinte mouvante dont le schémas absolu n’a qu’un seul coté incluant l’échelle d’un plan infini. »

Lexie ; « Voilà qui est bien ! Regardes moi bien, moi, qui suis infiniment limitée : que veux tu que cela me fasse au plus juste ? Hein ? »

Maxime ; « Mais… C’est merveilleux ! Te rends-tu compte de la réalité que tu possèdes ? »

Lexie ; « Si tu cherches à monter un spectacle de bonnes femmes applaudissant comme des phoques de cirque tes raccourcis rhétoriques, je t’assure que tu t’es trompé de poissonnerie ! »

Maxime ; « Toute ta vision est en relation directe avec l’émergence qu’il t’es donnée d’apercevoir ! Les limites visuelles que tu ne peux franchir, sont autant de certitudes inscrites sur l’empreinte du présent, que de non sens suscitant ton intuition ! »

Lexie ; « je n’y peux rien… ! Ma définition génétique s’exprime de telle façon, que les syndromes de ma présence me conduisent à l’esclavage de toutes mes raisons vois tu ? 

Et cela ne m’apporte pas spécialement de plaisir… N’est ce pas démesuré ? »

Maxime ; «Être absolument conscient de tout, ne suppose pas devoir recourir à l’existence pour parvenir à une connaissance se passant de notions illimitées… » 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s